Découverte

Intro

Caractère régional

Décor sculpté

Abbayes et prieurés

Beaulieu :le portail

 

Etudes

Clochers

Roman et gothique

Portails

 

Inventaire

Toutes les églises

Carte des églises

 

Enigmes

Bizarreries romanes

 

Accueil

Liens

Laisser un message

 

04/05: Le pape intervient à Tulle ...en 1210

Comme l'actualité nous le rappelle, la règle démocratique est en usage depuis longtemps dans l'Eglise, malgré sa structure hiérarchique. Il y a égalité entre les pairs, qui peuvent tous élire et être élus. Ce qui n'exclut pas, bien sûr, des luttes d'influence, voire des pressions extérieures qui peuvent dégénerer en actes de violence. La désignation du nouvel abbé de Tulle, en 1210, donna ainsi lieu à un épisode sanglant dont le détail mérite d'être mentionné. Le vicomte de Comborn, puissant seigneur en Bas-Limousin, fut fort courroucé de l'élection de Bernard de Ventadour (pas le poète) au siège abbatial, au détriment de son protégé Galhart de Cardaillac. Comme on le sait, les nobles de ce temps avaient le "sang chaud". Occupés la plupart du temps à guerroyer entre eux, ils débordaient d'une fougue parfois difficile à maîtriser. C'est ainsi que sept moines périrent sous les coups du vicomte qui, une fois revenu à de plus doux sentiments, alla quérir pénitence à Rome auprès du pape Innocent III. Le crime était grave, la sanction fut exemplaire : pour expier son péché, Archambaud de Comborn fut prié de fonder autant de monastères qu'il avait embroché de moines. On lui attribue, en Limousin, la paternité de la Chartreuse du Glandier.
Cette justice peut bien sûr nous paraître curieuse aujourd'hui, voire inique; on s'imagine bien que le manant, pour le même crime, aurait été écartelé sur le champ. Comment punir le seigneur, puisque c'est lui qui rend la justice? Pourtant cette sentence pontificale n'est pas qu'une condamnation symbolique. Elle exprime même, si on réfléchit un peu, une sorte de justice supérieure, admirable parce qu'elle fait sens. La justice doit punir : le seigneur en sera de son bien pour la fondation des monastères; réparer, et pour un chrétien il n'y a d'irréparable que la damnation: or quel meilleur moyen de porter secours au trépassé que d'employer des moines à prier pour le salut de son âme? on peut imaginer encore que ces pieuses fondations auraient pour effet de réformer le seigneur aux moeurs homicides pour donner plus de perfection à cette justice. Le système pénitentiaire a-t-il les mêmes vertus?

 

 

 

 

Contact

Haut de page