Découverte

Intro

Caractère régional

Décor sculpté

Abbayes et prieurés

Beaulieu :le portail

 

Etudes

Clochers

Roman et gothique

Portails

 

Inventaire

Toutes les églises

Carte des églises

 

Enigmes

Bizarreries romanes

 

Accueil

Liens

Laisser un message

 

04/05: L'abbatiale saint Pierre d'Uzerche, un des premiers grand chantiers romans du Bas-Limousin

Karine Madiès publie une monographie de l'ancienne abbatiale d'Uzerche, dans le Bulletin de la société archéologique de la Corrèze. L'édifice, considéré comme un des premiers grands chantiers du Bas-Limousin, se distingue notamment par sa crypte à déambulatoire et chapelles rayonnantes ainsi que par son élégant clocher à gâbles (autrement appelé "clocher limousin"). Après un bref historique du monastère, l'article explique son architecture en suivant les différentes phases du chantier avant de s'attarder sur le décor sculpté.

 

Autant le dire franchement, cette monographie n'apporte guère d'éléments nouveaux. Il faut dire que l'église avait déjà fait l'objet de plusieurs études assez récentes : Evelyne Proust en propose une notice dans sa thèse sur la sculpture romane qui vient d'être publiée chez Picard; Thierry Hourlier, quant à lui, en a fait l'objet d'une monographie, plus complète (Revue Lemouzi, n°162 bis, juillet 2002).

 

Karine Madiès propose cependant de nouvelles hypothèses quant au déroulement du chantier, qui dut commencer vers 1030 si l'on en croit le chroniqueur Geoffroy de Vigeois. Après l'érection de la crypte, un choeur fut construit au niveau supérieur, sur le même plan (déambulatoire et cinq chapelles rayonnantes, la chapelle d'axe ayant disparu au XVIIe siècle). Dans la continuité (1050-1070) on aurait élevé le croisillon nord du transept et les murs des trois travées orientales de la nef; selon notre auteur, la nef n'aurait pas reçu primitivement de voûte, et ne fut couverte que dans un second temps (fin XIe), lorsqu'on réalisa la croisée du transept et qu'on partagea le vaisseau en trois parties. Une dernière campagne, datée du second quart du XIIe siècle, aurait apporté le reste des éléments romans: dernière travée de nef et son portail occidental, clocher à gâbles posé sur la seconde travée et bras sud du transept.

 

En réalité, ces hypothèses ne diffèrent que légèrement de celles des autres chercheurs, E. Proust faisant commencer le chantier par l'ensemble des murs extérieurs tandis que T. Hourlier date la nef dans son ensemble de la moitié du XIIe. Il y a consensus entre ces auteurs sur plusieurs points:
1-
le chantier a débuté très tôt dans le premier tiers du XIe siècle, ce qui fait de l'abbatiale d'Uzerche un des premiers jalons importants de l'art roman limousin;
2- il y a des liens étroits entre la partie orientale de l'église et l'ancienne basilique de Saint-Martial de Limoges (disparue); que ce soit au niveau des chapiteaux sculptés ou du plan de la crypte;
3- les chapiteaux sculptés qui ornent le clocher se rattachent à un ensemble de sculptures qui voient le jour entre Vézère et Auvézère dans le second quart du XIIe siècle (notamment à Vigeois tout proche et Lubersac).

 

De telles études permettent de mieux comprendre l'architecture de l'édifice, mais également de mieux appréhender les liens qui pouvaient exister entre Uzerche et les autres pôles de la région. Ainsi on voit que l'influence de Saint-Martial de Limoges, qui instaura la réforme clunisienne dans le monastère d'Uzerche en 1068, se fait sentir jusque dans l'architecture du bâtiment. Outre les éléments signalés, on peut penser que le clocher fut lui aussi inspiré par la grande abbaye limousine, qui en possédait un du même type (connu par des plans du XVIIIe).

 

L'abbatiale saint Pierre d'Uzerche reprend la forme des grandes églises de pèlerinage, en dimensions plus modestes. On sait que l'abbaye fut florissante au moins jusqu'au début du XIIe siècle, comptant cinquante églises de sa dépendance. La présence de chapelles rayonnantes autour d'un déambulatoire, dans la crypte comme dans le choeur, atteste d'une fréquentation importante des lieux. La possession des reliques de deux saints bretons, Léon et Coronat, qui furent l'objet d'un pèlerinage local, n'y est sans doute pas étrangère. Mais ce "succès" tient aussi à la situation géographique d'une ville étape située sur un itinéraire important, joignant Limoges à Brive.

 

 

 

 

Contact

Haut de page