Découverte

Intro

Caractère régional

Décor sculpté

Abbayes et prieurés

Beaulieu :le portail

 

Etudes

Clochers

Roman et gothique

Portails

 

Inventaire

Toutes les églises

Carte des églises

 

Enigmes

Bizarreries romanes

 

Accueil

Liens

Laisser un message

 

Albignac


Vocable : Notre-Dame, puis saint Loup
Epoque : Une travée romane dans la nef, vestiges d'absidioles romanes. Choeur et portail gothiques.

Historique : Albignac était dès le XIe siècle un prieuré dépendant de l'abbaye de Cluse en Piémont. Extinction au XIVe siècle, avant que la paroisse soit unie au prieuré féminin du Coyroux (1393), qui nomme à la cure. L'église actuelle est d'un style composite, et a connu de nombreux remaniements. Les vestiges de l'époque romane montrent que c'était en ce temps un édifice important : doté d'absidioles, il devait développer un plan à plusieurs nefs. Le chantier dut s'étaler sur une grande période, si l'on en juge par le portail occidental qui a les caractères du premier gothique.

Descriptif : L'édifice actuel présente une nef simple à deux travées, voûtées en berceau brisé, un choeur-abside à fond plat sous croisée d'ogives. Entre les deux, une courte travée, qui s'élance bien plus haut : c'est la partie romane, correspondant à l'entrée du sanctuaire primitif. Les arcs doubleaux sont reçus par des colonnes à chapiteaux sculptés; l'un de ces arcs est composé de trois rouleaux. En passant à l'extérieur, on découvre les vestiges d'absidioles, contre les murs gouttereaux de la nef : une travée droite précède le demi-cercle de la chapelle, dont il ne reste qu'un court segment de chaque côté.

Sculpture : Dans la travée de la nef (chapiteaux peu lisibles à cause de l'élévation et de l'obscurité): lion; atlante?; personnage nu enlacé par un serpent qui lui parle à l'oreille; griffon; personnage en armes-lance et bouclier- et semble-t-il ailé (saint Michel?); Samson décrochant la mâchoire du lion. Dehors, à l'entrée de l'absidiole sud, un chapiteau montre deux centaures affrontés, qui brandissent d'une main une hache prête à s'abattre, et de l'autre se touchent mutuellement le bout du nez. Des chapiteaux et fragments de chapiteaux sont déposés dans la nef. L'un d'eux est sculpté d'un motif d'entrelacs sur ses quatre faces, ce qui laisse supposer qu'un élément architectural intéressant a disparu (baie géminée, déambulatoire, voire galerie?).

Sources :-Poulbrière, Dictionnaire des paroisses du diocèse de Tulle (T.1, p.26-28)

 

 

 

 

 

 

 

Contact

 

Haut de page