Découverte

Intro

Caractère régional

Décor sculpté

Abbayes et prieurés

Beaulieu :le portail

 

Etudes

Clochers

Roman et gothique

Portails

 

Inventaire

Toutes les églises

Carte des églises

 

Enigmes

Bizarreries romanes

 

Accueil

Liens

Laisser un message

 

Brignac


Vocable :Saint-Pierre-aux-liens (prieuré)
Epoque :Romane, pour le choeur et le portail

Historique :Ancien prieuré de filles dépendant de l'abbaye de la Règle de Limoges. La prieure nommait à la cure, et on connaît un Albert de Maleval, curé en 1107, date à laquelle de la paroisse fut détachée celle de Cublac. Le prieuré fut uni à l'abbaye-mère en 1747, pour des motifs économiques.

Descriptif :Petite église à plan simple. Une nef unique, agrandie au sud, autrefois voûtée d'ogives. On entre par un portail roman à l'ouest : trois voussures logent deux tores retombant sur des colonnettes, par l'intermédiaire de petits chapiteaux sans tailloir. L'exécution du choeur montre le manque d'habileté des maîtres d'oeuvre : les murs ne sont pas parallèles au départ de l'hémicycle, et se déjettent fortement au nord sous la poussée des voûtes; il a fallu consolider les murs du chevet par un contrefort tournant. Une arcature ceint les parois de l'abside : elle repose sur des colonnes à chapiteaux sculptés et bases pyramidales.

Sculpture :Au portail : un personnage en buste, coudes relevés, appuyé sur les traverses de béquilles (chapiteau doublé). Dans le choeur, sculpture rustique et quelque peu ésotérique : un entrelacs serré sort de deux têtes, seulement esquissées en haut de la corbeille; un personnage entouré par deux lions : le personnage, placé tête en bas, porte une main à son visage et attrape une de ses jambes de l'autre; une petite tête humaine est placée entre les pattes d'un des fauves; un dernier chapiteau du même style montre plusieurs éléments difficiles à relier : deux acrobates accoudés, l'un tête en bas, et tous deux à cloche-pied, occupent deux faces de la corbeille; placée sur une arête, une tige palmée crachée par une tête; sur la dernière face de la corbeille, un serpent (?) attaque un personnage qui brandit un bâton pour se défendre; deux chapiteaux, enfin, sont sculptés à l'identique d'un motif de feuilles polylobées, et proviennent d'un autre ciseau.

Sources :-Poulbrière, Dictionnaire des paroisses du diocèse de Tulle (T.1, p.189-192)

 

 

 

 

 

Contact

 

Haut de page